Publié par Vivre Ensemble à Neuville

 

Non au développement d'un nouveau pôle commercial périphérique par la création du centre commercial Leclerc ! L'un des arguments de la pétition qui circule actuellement dans le Castelrenaudais est clair. Ce sont les commerçants qui l'ont lancée en réaction au projet d'implantation d'un centre Leclerc sur les 11.000 m2 du terrain laissé libre en 2012 par la fermeture de l'entreprise Compo France (ex-Algoflash) à l'entrée nord de Château-Renault, entre la RN 10 et l'avenue du 8-Mai.

Depuis plusieurs années, s'est posée la question d'un développement commercial de ce côté de la ville. Une étude menée en 2010 et 2011 avait fait un état du commerce sur le canton, avant d'évoquer des scénarios de développement (lire NR du 20 juillet 2011) et un plan d'actions.

Ce soir, réunion d'information publique

L'apparition d'une friche industrielle à cet endroit a précipité les choses. Ce terrain et ces locaux ont été mis en vente pour près de 2 millions d'euros. Il semble qu'il y avait plusieurs entreprises intéressées mais c'est finalement une société de la grande distribution qui l'a acquis pour y implanter un hypermarché de marque Leclerc.
Les commerçants, le gérant du Carrefour Market, sont montés au créneau pour contrer ce projet. Une première « alerte » fut donnée en juin avec la présence de voitures siglées Leclerc dans la ville, explique le gérant de Carrefour Market. 
C'est en juillet que la mairie annonce que ce terrain a bien été vendu. Depuis, ça bouge dans le milieu des commerçants qui interpellent le maire, président de la communauté de communes, sur son action dans ce projet.
Ce dernier souligne tout d'abord qu'il ne peut pas s'opposer à la vente du lieu entre privés, sans raison valable ni projet communal pour préempter. Il évoque ensuite sa négociation pour que cette implantation n'anéantisse pas le système commercial de la ville. 
Il a donc demandé qu'il n'y ait pas d'offre identique à celle de la ville dans la galerie marchande, pas de travail le dimanche, pas de drive, et un aménagement du carrefour tourné vers la ville. « On ne peut pas s'opposer à un permis de construire si tout est conforme », ajoute l'édile qui insiste sur l'encadrement d'un tel projet pour le commerce local mais aussi pour lutter contre l'évasion commerciale des citoyens vers Amboise, Vendôme, Tours ou La Ville-aux-Dames.
Une réunion d'information sur ce projet est organisée ce soir, vendredi 18 octobre, à 19 h 30, salle Codelfy, à Château-Renault.

Commenter cet article