Publié par Vivre Ensemble à Neuville

Cela fait du bruit dans le Landerneau. L'expression commune prend en ce moment toute sa signification à Château-Renault, à propos du projet d'implantation d'un hypermarché Leclerc, puisque c'est à Landerneau (Finistère) qu'Édouard Leclerc a ouvert en 1949 son premier magasin !

Depuis quelques semaines, une opposition s'est faite jour contre ce projet (Lire NR des 18 et 22 octobre). La fronde est menée notamment, et logiquement, par le gérant du Carrefour Market. Ce supermarché est effectivement en première ligne, puisqu'il est le plus proche du site du projet et qu'il se trouvera en concurrence directe. Aurélien Bailly souligne qu'il est à son compte et qu'il emploie une trentaine de salariés. Il met donc en avant, non seulement la préservation de ces emplois, mais aussi son rôle de commerce de proximité.

Un débat où se mêlent économie et politique

Les projets à cette entrée Est de la ville, côté Vendôme, ne sont pas nouveaux. Il y a cinq ans, Carrefour Market avait voulu s'agrandir. Un aménageur avait présenté un projet avec zone commerciale et hôtel, au rond-point de la Guesnière (RN 10), sur la commune de Neuville.
Cette fois, il s'agit de la reprise du site industriel de Compo-France (ex Algo-Flash). Cette usine, qui a fermé ses portes l'an passé, a mis en vente son site de 7 hectares et c'est la Société Sovendis qui a fait la meilleure offre. Il s'agit de la société qui gère l'hypermarché Leclerc de Vendôme. Son président, David Huet, n'a pas donné plus de précisions sur ce dossier : « Je ne souhaite pas communiquer sur le projet pour les uns ou deux ans qui viennent. C'est beaucoup trop tôt pour en parler », nous a-t-il dit.
Du côté de l'association des commerçants et artisans de Château-Renault, la présidente Caroline Adam n'a pas voulu s'exprimer, arguant qu'elle ne connaît pas bien le dossier et qu'elle préfère répondre aux questions en présence de son bureau.
Les opposants avancent des arguments économiques en brandissant la peur de la fermeture de petits commerces et d'artisans locaux. Avant même que le projet ne soit connu en détail, ils avancent aussi l'hypothèse d'une extension, d'une galerie marchande. De l'autre côté, le porteur de projet ne serait pas intéressé par de tels aménagements complémentaires. A quelques mois des municipales, le dossier est aussi repris avec des arrières-pensées politiques à peine dissimulées. Enfin, il ne faut pas oublier les habitant-consommateurs, qui attendent de voir l'offre proposée à l'ouverture, dans deux ou trois ans. Certains d'entre eux se sont déjà exprimés, pour ce projet, sur les réseaux sociaux.

 

Commenter cet article

Anonyme 12/01/2014 23:51

L'arrivée d'un Leclerc sur Chateau serait une bonne chose pour la concurrence ,et donc pour notre portefeuille . depuis qu'Intermarché s'est agrandi les prix se sont envolés considérablement et Market ,n'en parlons pas .

Nath 04/11/2013 13:31

Comme beaucoup de voisins et amis dans le secteur nous allons faire nos courses au leclerc d'amboise. Un leclerc à chateau renault serait une économie de temps (quasiment 1h de route aller / retour) et d'argent (gazoil). Nous sommes donc POUR. Nous n'allons à carrefour market que pour nos dépannages du dimanche matin et nous continuerons avec un nouveau leclerc puisqu'il sera fermé le dimanche. Nous continuerons également d'aller chez notre boulanger, notre pharmacien...

Nath 04/11/2013 13:28

Comme beaucoup de voisins et amis dans le secteur, nous allons faire nos courses au leclerc d'amboise. Un leclerc à chateau renault serait une économie de temps (quasiment 1h de route aller / retour) et d'argent (gazoil). Nous sommes donc POUR. Nous n'allons au carrefour market que pour nos petits dépannages du dimanche matin et nous continuerons avec un nouveau leclerc puisqu'il ne sera pas ouvert le dimanche. Nous continuerons également d'aller chez notre boulanger, notre pharmacien...

Guy 02/11/2013 01:15

le carrefour market est dépassé, "vétuste", le directeur aurait du se remettre en question avant le futur projet LECLERC, pour améliorer son magasin. Je ne pense pas que les commerçants seront durement touchés, les gens continueront à aller chez leur boulanger, leur boucher, moi le premier.