Publié par Vivre Ensemble à Neuville

La Maison des parents de Clocheville fêtera l’an prochain ses 20 ans d’existence et affiche une bonne santé due à ses spécificités.

Ce n'est pas le cas de toutes les Maisons de parents, mais celle de Tours est plutôt solide sur ses bases. Ce dont se félicite Philippe Frigeri, président de l'Association des familles de malades hospitalisés (AFMH), qui gère depuis le début la maison de Clocheville. « Cela est dû à certaines de nos spécificités, explique-t-il. Tout d'abord, nous avons la chance de ne pas payer de loyer quand d'autres maisons doivent s'acquitter de loyers annuels de 150.000 euros…»

" Notre maison est une grande réussite "

Les murs ont été mis en effet à disposition gracieusement à l'association gérante, la construction étant financée par d'autres associations (en particulier par l'opération Pièces jaunes). « Notre deuxième force, c'est un fonctionnement assuré quasiment uniquement par des bénévoles. Seules les tâches de cuisine et de ménage (et partiellement de secrétariat) sont assurées par des salariés. Nous sommes la seule Maison de parents à ne pas avoir de direction rémunérée. Ces deux éléments permettent de baisser considérablement les charges et d'offrir des tarifs de prestations attractifs. »
La Maison des parents de Clocheville a encore d'autres atouts : « Nous sommes situés dans l'enceinte de l'hôpital, ce qui n'est pas le cas de toutes les maisons de France. » Et quel hôpital ! Un des plus réputés de France pour la prise en charge des enfants malades. On y vient de tout le Grand Ouest, voire de plus loin : « Sur une année, 83 % des familles viennent de la région Centre, de la Sarthe, de la Vienne et des Deux-Sèvres. Mais on a recensé des familles venant de 64 départements : d'Ile-de-France, de l'outre-mer voire de l'étranger. Seules les familles de Tours et de son agglomération ne sont pas admises, sauf quand la mère d'un enfant malade l'allaite. »
Le résultat, c'est qu'en 20 ans, la Maison des parents est devenue une pièce essentielle dans le parcours de soins des enfants. Elle concourt à faire baisser le stress des malades, de leur famille, et même du personnel soignant. De plus, la maison est une des clés du principe d'égalité d'accès aux soins, grâce à ses tarifs modérés.
« On affiche un taux d'occupation de 98 % sur l'année, c'est une grande réussite, estime Philippe Frigeri. Il reste à le faire savoir autour de nous, notamment auprès du monde médical en dehors de la Touraine. »

Maison des parents, 3, place Jean-Meunier, 37000 Tours ; www.maisondesparentsdetours.fr ; tél. 02 47 60 76 60 ; e-mail : afmh@maisonparents-tours.fr

repères

> La Maison des parents de Clocheville est une des 36 maisons adhérentes de la Fédération nationale des établissements d'accueil pour familles d'hospitalisés (FNAEAFH). Elle a signé une convention avec la caisse d'assurance maladie qui concourt au financement de son fonctionnement.
> Depuis son aggrandissement en 2005, elle offre 30 chambres, soit 44 lits.
> Le tarif maximum à la journée en pension complète (petit-déjeuner, repas du midi et du soir) s'élève à 38 €. Il existe quatre tarifs moindres en fonction des ressources des familles. Le moins élevé : 11,50 € par jour en pension complète.
> 35 bénévoles assurent toutes les tâches hors ménage et cuisine, et une présence de 8 h à 20 h les jours ouvrés.
> Sur une année, la maison a réalisé 14.600 nuitées en accueillant 4.500 résidents.
> Les repas sont confectionnés par une socité prestataire mais réalisés sur place, soit une centaine de repas par jour, 31.000 par an.

Commenter cet article