Publié par Vivre Ensemble à Neuville

Le syndicat de transports scolaires du Castelrenaudais a été dissous en laissant une ardoise de 360.000 € reprise par les communes.

 

Le dossier était sensible, tellement sensible qu'il a été traité à huis clos lors d'une séance du conseil communautaire du Castelrenaudais l'été dernier.

Depuis 1968, le transport scolaire était géré sur le Castelrenaudais par un syndicat regroupant les seize communesde la communauté de communes du Castelrenaudais, plus Neuillé-le-Lierre et Authon (Loir-et-Cher).

Ce syndicat assurait la gestion du transport de 750 enfants vers les écoles élémentaires, le collège et le lycée. Le fonctionnement était simple. Le conseil départemental, qui a la compétence des transports scolaires, versait une participation au syndicat qui, lui, payait la société de cars. Le département versait ainsi 70.000 € par trimestre.

Les comptes 2015 du syndicat présentaient 792.155 € en recettes et 749.041 € en dépenses soit un excédent de43.117 €.

Mais les charges de fonctionnement avaient augmenté depuis quelques années, pour atteindre 60.000 € par an. Dans le même temps, le président avait porté à trois salariés le personnel ce qui était au-dessus de la moyenne de ce type de structure publique.

En 2011, il y a une première alerte sur la solidité des comptes, mais c'est finalement au début de l'année dernière que l'affaire éclate. Les élus demandent alors l'intervention de la chambre régionale des comptes.

Les spécialistes épluchent les comptes du syndicat pour découvrir un trou bien plus important que ce qui est supposé. Ils découvrent un déficit de 359.766 €, soit près de 50 % du budget annuel !

Il semble que ce déficit se soit creusé d'années en années, avec des erreurs fondamentales de gestion, en faisant appel à des lignes de crédit de trésorerie pour combler les déséquilibres. Les membres du syndicat faisaient confiance à la gouvernance.

Face à cette affaire, le syndicat a été dissous. Les élus de la communauté de communes ont décidé de se doter de la compétence pour reprendre ce service. Tout ceci ne s'est pas fait sans une certaine stupeur face à ce déficit abyssal.

Mais chaque commune ayant un représentant au syndicat, tout le monde regrette un manque de vigilance sur les comptes, et notamment sur le bilan du syndicat chaque année.

Si la communauté de commune reprend le service et a créé des postes pour intégrer les trois employés du syndicat, ce sont les communes qui se partagent la dette à éponger. Il a été décidé de payer au prorata de la population, soit 19,27 € par habitant.

La préfecture a été contactée pour demander des délais de remboursement car certaines communes ont vu cette dépense mettre en danger leur trésorerie.

Une note de 19,27 € par habitant

La ville de Château-Renault a demandé à payer ses 99.724 € sur 3 ans. Les élus de cette ville n'ont pas manqué de faire remarquer que c'est aussi là qu'il y a le moins d'élèves usagers, en ajoutant que, pour eux, cela représente un coût de 3.000 € par élève transporté.

Commenter cet article