Publié par Vivre Ensemble à Neuville

L'agression dont a été victime le jeune militant à Paris a fait descendre dans la rue, hier en fin de journée, plus de 300 manifestants issus de diverses organisations : Sud Solidaires, PCF, CGT, Lutte ouvrière, le NPA, le Parti de gauche… La colère était d'autant plus grande que les militants tourangeaux ont l'impression de dénoncer le danger des groupuscules d'extrême droite depuis des années. « Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartiers pour les fachos », scandaient les manifestants en détournant ainsi un slogan habituel des extrémistes locaux de Vox Populi. Le cortège a défilé depuis la place Jean-Jaurès jusqu'à la préfecture en passant par la rue Nationale. Devant les grilles de la préfecture, les militants – sous le coup de l'émotion du décès du jeune Clément Méric – se sont rassemblés en hommage au jeune homme.« Ces groupuscules, commentait Éric Sionneau de Sud Solidaires, se sentent légitimés depuis les manifs contre le mariage pour tous et aussi par le discours de la droite classique. Ici, à Tours, Vox Populi a récemment agressé des militants* politiques. Il faut se mobiliser pour les empêcher de nuire. »

Au nom du Parti communiste, François Lemarié demandait « la dissolution de ces groupuscules connus de la justice ».
Une délégation a ensuite été reçue à la préfecture pour exprimer officiellement l'émotion et la colère des militants.

Une enquête est en cours sur ces faits au commissariat.

Commenter cet article