Publié par BC

Alors que notre ministre de la santé vient d'annoncer la mise en place des praticiens territoriaux, nous ne pouvons que douter de l'efficacité de cette mesure pour plusieurs raisons:

  1. l'argent n'est pas la motivation première du jeune médecin généraliste pour s'installer. Ce qui lui importe surtout , c'est le cadre de vie et la possibilité d'étre plus présent auprès de sa famille d'autant plus que les jeunes médecins sont le plus souvent des femmes.
  2. les futurs médecins ne connaissent pas notre pratique de campagne et la seule image qu'on leur donne est celle du vieux médecin isolé dans son coin qui travaille jsuqu'à 22 heures. Ils ont déclaré privilégier l'exercice en groupe avec, de préférence, d'autres professionels de santé tels que des infirmères, des kinés ou des orthophonistes. C'est plus rassurant
  3. ils préfèrent aussi les grandes villes car ils ont l'impression qu'ils travailleront avec des horaires plus compatibles avec la vie de famille
  4. pour finir la rémunération proposée par notre mininistre de la santé est ridicule car elle ne correspond même pas au revenu d'un remplaçant. Il est donc évident qu'aucun jeune ne prendra le risque de s'installer en zone déficitaire.

Pour pallier le manque de médecins dans nos campagnes, il y a 3 mesures phares qu'il faut privlégier et promouvoir:

  • La création d'une maison de santé pluridisciplinaire pouvant accueillir des jeunes praticiens avec éventuellement un logement qui pourrait leur être mis à disposition dans un premier temps.
  • la multiplication des terrains de stages pour les internes dans ces zones déficitaires
  • la création de praticiens territoriaux salariés qui iraient travailler dans ces zones déficitaires.

Commenter cet article