Publié par Vivre Ensemble à Neuville

 

La vaccination contre le cancer du col de l’utérus, possible désormais dès 11 ans, sera prise en charge par la Ligue en cas d’absence de mutuelle.

En France, le cancer du col de l'utérus touche 3.000 femmes par an et provoque un millier de décès. Or, il est possible d'agir contre cette maladie, de la guérir, voire de la faire disparaître grâce à l'association du dépistage par frottis et de la vaccination préventive. 
Deux papillomavirus humains sont responsables de 70 % de ces cancers contre lesquels il existe une vaccination.
Elle est désormais recommandée dès l'âge de 11 ans et peut être faite jusqu'à 20 ans.« L'âge de la vaccination vient d'être abaissé à 11 ans, comme dans la plupart des pays d'Europe. On a maintenant un recul de dix ans sur ce vaccin et très peu de risques graves ont été enregistrés. Il est important d'agir avant le premier rapport sexuel pour protéger les jeunes filles et éviter ainsi les lésions précancéreuses », a expliqué le Pr Henri Marret, gynécologue au CHU de Tours.

Lundi matin, il était aux côtés du Dr Somany Sengchanh, médecin coordonnateur du Centre de dépistages des cancers, de Julien Chauvin, vice-président du syndicat des pharmaciens, et de Roger Blanchard, président de la Ligue contre le cancer d'Indre-et-Loire pour présenter une opération originale de soutien à la campagne de vaccination contre le cancer du col de l'utérus.

 " Il faut agir avant le premier rapport sexuel "

« Face au coût de ce vaccin (3 injections à 120 € chacune, remboursées à 65 % par l'assurance maladie) la Ligue contre le cancer a décidé de prendre en charge la partie mutuelle (35 %) pour les familles qui n'en ont pas », précise Roger Blanchard. La procédure de prise en charge transitera par les pharmaciens avec lesquels une convention a été signée. 
Qu'elles soient vaccinées ou pas, le dépistage par frottis cervico-utérin est indiqué pour toutes les femmes de 25 à 65 ans, tous les trois ans après deux frottis normaux à un an d'intervalle. En Indre-et-Loire, un des 13 départements pilotes dans la lutte conte le cancer de l'utérus, le Centre de coordination des dépistages des cancers adresse un courrier aux femmes de 25 à 65 ans, sans frottis depuis trois ans, pour les inviter à se faire dépister.

en chiffres

Dépistage 
> 4 femmes sur dix, soit près de 7 millions de femmes, ne sont pas dépistées en France.
> En Indre-et-Loire, 162.000 femmes de 25 à 65 ans sont concernées par ce dépistage. Une sur deux n'est pas dépistée actuellement.
> Depuis 2010, 138.000 femmes ont été invitées à réaliser un frottis et 87.000 ont été dépistées.
Vaccination 
> Trois injections sont indispensables pour que le vaccin soit efficace. Lorsque la série est interrompue, il n'est pas nécessaire de recommencer à zéro. Les doses manquantes peuvent être administrées au-delà de l'intervalle de 12 mois recommandé après la première dose.

 

Commenter cet article