Publié par Vivre Ensemble à Neuville

CGR et les Studio n’en font pas mystère : ils engageront des recours pour faire barrage à l’implantation du multiplexe du groupe Davoine, à Tours-Nord.

Une réplique du groupe Davoine ?

Quel cinéma !

Lundi soir, la lettre ouverte du directeur général de CGR, adressée en fin de semaine dernière au maire Jean Germain (NR du 4 janvier), restait toujours sans réponse. Et la colère du patron du groupe rochelais, Jocelyn Bouyssy, n'était toujours pas retombée. Pour le dirigeant, les choses sont d'ailleurs aujourd'hui très claires : « Je ferai tout pour qu'il n'y ait pas de cinéma à Tours-Nord, si ce n'est pas nous qui l'exploitons ! » Une ligne dure motivée, dit-il, par la défense des intérêts économiques de son groupe.

" Il y aura un cinéma de trop… "

Car si CGR s'était positionné pour s'implanter sur l'ancien site Metro, rue du Colombier, il s'agissait d'une posture plutôt défensive visant à se prémunir contre l'arrivée d'un concurrent (*). Selon Jocelyn Bouyssy, l'installation d'un nouvel opérateur au nord de la ville, en l'espèce le groupe savoyard Davoine - Ciné Alpes, aura clairement un impact négatif sur les exploitants déjà en place à Tours. Chez CGR, c'est le complexe du centre-ville (8 salles), « déficitaire certaines années », qui pourrait trinquer.

Du côté du cinéma associatif les Studio, on redoute de se retrouver privé de certains longs métrages. « Ça va compliquer l'alimentation en films. Un distributeur n'aura pas forcément envie de mettre ses œuvres dans quatre cinémas tourangeaux », pointe Philippe Perol, le président des Studio, en rappelant que l'association réalise 38 % de ses recettes annuelles avec 5 % de sa programmation, à savoir « des films art et essai porteurs »… que CGR et Davoine risquent de réclamer.

« Il y aura un cinéma de trop sur Tours », estime Philippe Perol, en visant implicitement le CGR de Tours-Centre. Un complexe que le groupe rochelais – qui l'avait repris à Pathé pour 7 millions d'euros (M€) – n'a évidemment pas l'intention de fermer.

Les Studio et CGR vont donc se retrouver « unis » malgré eux dans un combat commun : faire barrage à l'implantation du multiplexe Davoine à Tours-Nord. Ils devraient ainsi déposer des recours contre l'autorisation de création du cinéma que pourrait accorder, d'ici la fin du 1er semestre, la Commission départementale d'aménagement commercial (CDAC).

« Le dépôt de notre dossier CDAC est imminent », confirme Thomas Graux, responsable de l'exploitation chez Davoine - Ciné Alpes, qui reste pour l'instant calé sur le calendrier prévisionnel : démarrage des travaux début 2014 pour une ouverture en 2015. Un planning à prendre évidemment au conditionnel…

(*) Le directeur du développement du groupe nous indiquait, en septembre dernier, que la création de ce multiplexe sur Tours-Nord (qui aurait permis à CGR d'élargir sa programmation) ne s'imposait pas forcément à court terme et résultait « d'une demande de la municipalité ».

chiffres-clés

> 9. C'est le nombre de salles (totalisant 1.957 fauteuils) du futur multiplexe du groupe Davoine, prévu à l'horizon 2015 sur l'ancien site Metro, rue du Colombier, à Tours-Nord. Elles s'ajouteront aux 12 salles du CGR Deux-Lions, aux 8 du CGR Centre et aux 7 des Studio. La ville de Tours se retrouvera donc dotée de 36 salles de cinéma, représentant autour de 7.350 fauteuils.

> 1,659. C'est en million, selon les chiffres du Centre national du cinéma (CNC), le nombre d'entrées cumulées par les trois cinémas de Tours en 2011, ce qui représente une hausse de + 0,70  % par rapport à 2010. Ces entrées, réparties sur 52.000 séances, ont généré des recettes guichets de 10,23 millions d'euros (M€).

> 15,80 %. C'est, toujours selon le CNC, le taux d'occupation moyen des fauteuils dans les cinémas de la grande agglomération de Tours, en 2011. La moyenne nationale était de 16,10 %.

billet

La guerre des trois

On l'oublie parfois : l'exploitation cinématographique est aussi un business dont les acteurs défendent chèrement leurs positions. A Tours, le « ménage à trois » promis aux spectateurs (avec l'arrivée du groupe Davoine - Ciné Alpes) risque bien de virer à « la guerre des trois ». Avec les recours de CGR et des Studio prêts à sortir des cartons, la perspective d'une ouverture du multiplexe en 2015 pourrait se révéler difficile à tenir. Au grand dam des habitants du nord de l'agglo, qui attendent un cinéma depuis plusieurs années. Et, si d'aventure, Davoine venait à se retirer du jeu, CGR n'aurait pas pour autant le champ libre rue du Colombier, car les Studio attaqueraient de la même façon le projet de multiplexe du groupe rochelais… avec lequel le maire Jean Germain semble avoir coupé les ponts. De la rivalité, des rancœurs, du suspense : on pourrait presque en faire un film.

Commenter cet article

x-ray scanner mobile software download 18/04/2013 09:19

This is but one very interesting post. I like how we write and I will bookmark your website to my top picks.