Publié par Vivre Ensemble à Neuville

Chaque week-end, des Tourangeaux s’envoient en l’air avec des parapentes, à Orbigny. La NR a testé les sensations pour vous.

Du parapente en Touraine, dans cette province dénuée de montagne ? Mais oui. Le Club de vol libre de Tours (CVLT) s'entraîne depuis des années sur un petit terrain d'aviation, à Orbigny, à une heure de Tours, pas très loin de Montrésor et du Loir-et-Cher. Dans ce coin de verdure, les passionnés se livrent au sport aérien le moins cher de tous.
Pour décoller, les parapentes utilisent un treuil, tendu comme un ressort, qui permet de quitter le plancher des vaches en toute tranquillité. Des planeurs utilisent aussi cette technique. Le club dispose même de deux treuils, du matériel fabriqué en Slovénie, dévolu à cette seule activité. « Suis le mouvement, si la voile part à gauche, vas-y, idem à droite. Si elle avance, tu avances », indique le moniteur avec lequel se fait le vol dans un parapente biplace. Quelques mètres en courant, et voilà que la voile prend l'air pour s'envoler ! 10, 20, 50 puis 100 m et 200 m plus haut. Le but du jeu consiste à trouver les courants ascendants pour monter toujours plus haut. Pas facile hier, avec un vent du nord qui a obligé les parapentistes à décoller dans l'axe nord-sud. D'habitude, ils le font dans l'axe est-ouest, bien plus long pour dérouler le câble sur 800 ou 900 m. « C'est bon, tu peux t'asseoir » dit le moniteur. Alors là, comme dans un canapé ! Avec un écran large, très large et la vue qui porte très loin. Et tac, le câble lâche : nous voilà libres comme l'air. 

Les stages passage obligé

Un petit virage à droite, un autre à gauche à la recherche des « thermiques ». Les sensations restent agréables avec, au dessus, une voile de 38 m2. D'en haut, aucun doute sur la géographie locale : la Touraine est aussi plate que la terre dans l'esprit d'un ancien Gaulois. Jaunes, vert, de formes et de tailles différentes, les champs ressemblent à des morceaux de tissus raccommodés ou au pantalon d'Arlequin. Parti d'Orbigny, un parapentiste a eu la chance, hier, de voler jusqu'à Vatan. « Le club ne donne pas de cours, les pilotes doivent suivre des stages, disposer de leur propre matériel. Ces stages se déroulent en Auvergne, dans le Puy-de-Dôme, le Cantal ou, à 2 h 30 de Tours, à Clécy-Saint-Omer en Normandie », précise Philippe Bellanger, l'un des membres du CVLT. Un stage d'initiation coûte environ 600 €. Les novices découvrent le matériel, apprennent à gonfler la voile, à la diriger au sol puis commencent à voler toujours avec le contact radio. Après de multiples stages, les pilotes découvrent plusieurs sites naturels en montagne. La Mecque des parapentistes s'appelle Annecy. Mais ce paradis se mérite.

 CVLT : 02.47.42.55.82. Tous les week-ends selon la météo. Journée découverte samedi 7 et dimanche 8 septembre. Baptême en biplace pour 25 €.

Commenter cet article