Publié par Vivre Ensemble à Neuville

Exemple d'installation de centrale photovoltaïque. Celle de La Boitardière est prévue sur une superficie de 23 hectares.

L’attribution des marchés par l’État et le coût de rachat de l’électricité pourrait remettre en cause ce projet prévu à La Boitardière.

Le permis de construire court jusqu'à fin 2013 et, au pire, il peut être repoussé à 2014. Rien n'est donc perdu même si certains se posent des questions quant à l'avenir du projet de parc photovoltaïque sur la zone de La Boitardière. « Pour l'instant, le projet suit sont cours. Les fouilles archéologiques préventives ont été menées au mois de novembre et ont, semble-t-il, été négatives », explique Rémi Suzanne, project manager chez Juwi (société qui doit construire le parc).

Juwi répondra au prochain appel d'offres

Cependant, le projet a déjà pris du retard. En effet, c'est l'État qui lance des appels d'offres pour les mégawatts à construire et qui les attribue en fonction de critères précis. Il tient compte, par exemple, de l'intégration environnementale du futur parc ou encore du bilan carbone des panneaux photovoltaïques en fonction de leur lieu et de leur mode de fabrication. Le bilan carbone de panneaux fabriqués en Chine, par exemple, est particulièrement mauvais.

Un autre critère, et non des moindres, est celui du prix de rachat, par EDF, du kilowatt/heure. Ce prix est fixé par l'État, qui en prend une partie plus ou moins importante à sa charge. Ainsi, « lors du dernier appel d'offres, sur l'ensemble de nos projets, nous avons obtenu 40 mégawatts pour les parcs situés dans le Sud », indique Rémi Suzanne.

Le rendement de panneaux photovoltaïques est forcément meilleur dans une région très ensoleillée, ce qui permet de vendre le kilowatt/heure à un prix relativement bas.

A l'inverse, Amboise n'est pas la Côte d'Azur et, si le prix de rachat par EDF et la compensation de l'État sont trop faibles, la rentabilité du site devient aléatoire. Et Rémi Suzanne de constater : « Les coûts de la technologie ont baissé ce qui nous aide mais, dans le même temps, les prix de rachat de l'électricité sont tirés vers le bas. »

En tout cas, chez Juwi, on ne baisse pas les bras : « Nous allons répondre au prochain appel d'offres de l'État qui devrait intervenir assez rapidement. Tout dépendra ensuite des critères retenus. »

Commenter cet article