Publié par Vivre Ensemble à Neuville

Descente en ce moment de la Loire en canoë, pour sensibiliser à la sauvegarde du saumon. Hier, une étape partait… discrètement d’Amboise.

En 1990, une centaine de saumons remontaient le bassin de la Loire, aujourd'hui il y en a environ 1.000, raconte Patrick Martin, directeur du Conservatoire national du saumon, installé en Haute-Loire. 1.000, c'est encore très peu et ce conservatoire se bat sur deux fronts : soutenir les effectifs de saumon et participer à l'amélioration de l'habitat du saumon et de l'eau des cours d'eau.

« En parallèle, il est nécessaire de sensibiliser principalement les riverains du fleuve et des rivières », souligne Patrick Martin. Et cela passe par ce marathon du saumon, qui consiste à proposer au public des étapes en canoë, sur l'Allier et la Loire. Organisé par l'association Saumon sauvage en collaboration avec le conservatoire, ce marathon n'est pas une compétition, mais une balade sur le fleuve, à la fois ludique et pédagogique.
Hier matin, les participants du jour avaient rendez-vous à Amboise, sur l'île d'Or, pour une étape qui devait les conduire à Tours, soit une descente d'environ quatre heures. C'était la première fois que les organisateurs de ce marathon, dont c'est la troisième édition, avaient prévu un départ d'Amboise.

" Des villes plus impliquées que d'autres "

Certes, ils étaient très peu nombreux à avoir répondu à l'appel de l'association. La date n'était peut-être pas très bien choisie (un lundi alors que beaucoup de gens viennent d'achever leurs vacances). « D'ailleurs je pense que l'année prochaine nous organiserons plutôt cette manifestation en juillet », indique Patrick Martin. Ce dernier tient à souligner l'accueil et l'implication de certaines communes qui accueillent une étape du marathon. « C'est notamment le cas à Sainte-Gemmes-sur-Loire, dans le Maine-et-Loire, où nous serons jeudi. L'accueil est souvent meilleur dans les petites villes que dans les grandes. »
A Amboise, des flyers avaient été envoyés par l'association, la ville avait été informée de la manifestation et a d'ailleurs donné son accord pour le départ depuis l'île d'Or. On peut cependant regretter qu'aucun élu ne soit venu assister au départ de cette balade et, pourquoi pas, y participer. La Loire, avec sa faune et sa flore, est tout de même un élément incontournable de la ville elle-même. Mais bon, c'était une première et tout le monde essaiera sans aucun doute de faire mieux l'année prochaine.

 
 

Commenter cet article