Publié par BC

Tomber malade à l'étranger peut coûter cher. Voici un florilège des frais devant être engagés, selon Mondial Assistance : 16 900 euros pour une fracture du col du fémur en Turquie ; 3 010 euros pour une gastro-entérite à Saint-Domingue et 8 000 euros en Espagne ; 3 500 euros pour une plaie du genou en Grèce ; 25 000 euros pour une bronchite aiguë à Montréal. 53 000 euros pour un passage aux urgences de Miami, aux Etats-Unis. 

Que faire ? Si vous avez une carte bancaire, vous devez joindre son service assistance, qui prendra les décisions nécessaires : hospitalisation sur place ou rapatriement.
Son numéro de téléphone se trouve au dos de votre carte. Vous pouvez l'appeler même si vous n'avez pas réglé votre voyage avec ce moyen de paiement.

Assistance médicale et rapatriement

La carte bancaire de base comme Visa ou Mastercard vous assure à hauteur de 11 000 euros, en cas de maladie, avec une franchise de 75 euros.

La carte Visa premier ou Gold Mastercard vous assure à hauteur de 155 000 euros, avec une franchise de 75 euros. Elle prend en compte 155 euros de frais dentaires, sans franchise.

Concrètement, le service assistance avance les frais, et se fait rembourser par votre caisse primaire d'assurance maladie et votre complémentaire santé, à votre retour. La caisse primaire ne rembourse que le montant des frais qui auraient été accordés si les soins avaient été dispensés en France.

Les cartes de base, comme les cartes haut de gamme, prévoient le rapatriement du malade.

Ceux qui vous accompagnent 

Chez Mastercard, seul l'un des accompagnateurs est, sans frais, transporté jusqu'au lieu de l'hospitalisation ou rapatrié. Les autres doivent payer leurs billets.

Chez Visa, l'ensemble des assurés voyageant avec le malade sont rapatriés avec lui. Les "assurés" sont les enfants de moins de 25 ans, ainsi que les ascendants et descendants vivant sous le même toit ou fiscalement à charge.

Chez Mastercard comme chez Visa, le malade hospitalisé peut faire venir une personne à son chevet. Les services d'assistance prennent en charge son aller-retour en avions, classe économique, ainsi que son séjour à l'hôtel (65 euros ou 125 euros la nuit, pendant dix nuits, selon le standing de la carte).

Lorsque le malade ne peut pas s'occuper de ses enfants de moins de quinze ans, les services d'assistance prennent en charge l'aller-retour en avion, classe économique, d'une personne chargée d'aller les chercher. Ils peuvent aussi mandater une hôtesse pour les raccompagner jusque chez eux. Les frais de transport des enfants sont à la charge de l'assuré.

Les exclusions

Attention, chez Mastercard, aucune prestation d'assistance ne sera mise en œuvre si les blessures résultent de la pratique d'un sport tel que la plongée sous-marine ou la spéléologie.
Chez Mastercard et chez Visa, les frais de recherche et de secours des personnes en mer ou dans le désert ne sont pas pris en charge.

Au sein des frais médicaux, on distingue en effet :
- les "frais de secours", soit le transport entre le lieu de l’accident et l’hôpital.
- les "frais d’hospitalisation d’urgence" qui font appel aux services de secours locaux.
- les "frais de recherche", soit les opérations mises en place par les sauveteurs pour vous chercher (en montagne par exemple).
- les "frais médicaux" : de la  consultation au traitement en passant par les actes de chirurgie, les analyses ou les médicaments

Une assurance voyage en plus ?

C'est ce que recommande Mondial Assistance. Pour un montant de 11 euros, celle-ci couvrira des dépenses médicales à hauteur de 75 000 euros - avec une franchise de 30 euros. Ce montant "s'ajouterait" à celui prévu par la carte bancaire, assure son service de presse.

Conseil

Pour tout déplacement en Europe, pensez donc à vous procurer la carte européenne d'assurance maladie, auprès de votre caisse d'assurance maladie – au moins deux semaines avant le départ. Chaque personne de la famille doit avoir la sienne. Elle permet de consulter les professionnels de santé sans démarche préalable,  dans les mêmes conditions que les assurés locaux.

Commenter cet article