Publié par Vivre Ensemble à Neuville

Pour lutter contre la désertification médicale et attirer les jeunes praticiens, des maisons de santé pluridisciplinaires fleurissent. Avec succès.

A la dernière place au classement français de la densité de médecins généralistes et d'infirmiers, la région Centre a pris le taureau par les cornes depuis quelques années pour essayer d'enrayer cette pénurie médicale, qui touche particulièrement campagnes et chefs lieu de canton. Tous les départements – hormis l'Indre-et-Loire qui bénéficie de l'attractivité tourangelle – ont une densité plus faible que la moyenne française et c'est aussi dans le Centre que l'âge moyen des médecins est le plus âgé.

 Une solution gagnant- gagnant

 Sur cette constatation, la région Centre a lancé, il y a plusieurs années un plan « urgence santé », qui prévoit l'installation de 100 « maisons de santé pluridisciplinaire » d'ici 2020. Dans des zones carencées, la région apporte son aide financière, avec l'État et les collectivités locales, qui peuvent aller jusqu'à 25 % des projets portés par les praticiens libéraux. 47 projets ont déjà été financés dans le Centre dont une dizaine en Indre-et-Loire. 
Ces maisons de santé fonctionnent sur le principe libéral, et peuvent accueillir aussi bien des médecins – généralistes et spécialistes – que des dentistes, kinésithérapeutes, psychologues, infirmières, podologues, etc. 
Dernièrement, le Dr Laurent Bréchat, initiateur du projet de la MSP du Véron, se félicitait dans nos colonnes que depuis l'ouverture de la MSP, « le recours au Samu est moins fréquent, les patients du secteur sont moins nombreux à se rendre à l'hôpital de Chinon. » 
Les praticiens voient plusieurs avantages à intégrer une MSP, surtout les jeunes : rupture de l'isolement, taches administratives et gestion des plannings facilités, installation dans des locaux neufs disposant de matériel performant comme la télémédecine, organisation de la continuité des soins, etc. « Ces MSP ne sont pas une réponse idéologique, mais une réponse pragmatique à la désertification médicale »,observait hier le président de région, François Bonneau, en inaugurant la conférence régionale sur les MSP, hier, à l'Institut de formation des professions de santé, à Chambray-lès-Tours.
A noter que c'est à Tours, au centre de congrès Vinci, que les prochaines journées nationales des maisons de santé pluridisciplinaires auront lieu en mars 2014.

témoignage

L'exemple venu d'Avoine

Infirmière à la maison de santé du Véron, à Avoine, la première MSP dans le département (7 médecins, 7 infirmières), Mathilde Robineau, semble conquise par son expérience : « Le fait de travailler ensemble permet de mutualiser les informations et de les centraliser sur une même banque de données ; nous répondons mieux aux besoins des patients et il y a une meilleure continuité des soins. »

 
 

Commenter cet article