En raison des conditions météorologiques, la récolte des champignons est fructueuse cette année. Mais les risques d’intoxication sont importants.

Un été sec, un début d'automne pluvieux… Les conditions sont réunies pour que la collecte des champignons soit fructueuse cette année. Mais le ministère de la Santé vient de lancer une alerte sur une forte augmentation des cas d'intoxication liés à la consommation de ces végétaux.

« En ce moment, dans notre pharmacie, à Vernou-sur-Brenne, nous sommes sollicités presque chaque jour au sujet d'une récolte de champignons, explique Nicolas Haye, président du Syndicat des pharmaciens d'Indre-et-Loire.
« Globalement, ce sont des personnes qui veulent faire identifier ceux qu'elles viennent de ramasser en forêt. On y voit des bolets, des cèpes mais aussi des chanterelles et des morilles, parfois des amanites rougissantes, la seule amanite comestible.
« Certains champignons, s'ils ne sont pas bons, ils ne sont cependant pas dangereux ; d'autres sont totalement impropres à la consommation. Et, à chaque consultation, nous écartons des champignons non comestibles. En fait, il y en a très peu. »
A l'exception de certaines officines implantées en milieu urbain, les pharmaciens restent très au fait. « Dans ma pharmacie, nous sommes deux pharmaciens à pouvoir identifier des champignons, ajoute Nicolas Haye. Et, surtout, nous avons une préparatrice qui connaît très bien la question et qui se forme régulièrement pour mettre à jour ses connaissances. »
Le président du Syndicat des pharmaciens d'Indre-et-Loire insiste aussi sur deux recommandations. « Il faut absolument éviter de mélanger les espèces, indique-t-il, car c'est difficile ensuite d'être sûr de séparer les bons éléments des autres. Et puis, il ne faut pas utiliser un sac en plastique pour les récolter mais une cagette en bois ou un panier. »
En cas d'apparition d'un ou de plusieurs symptômes (diarrhée, vomissements, nausées, tremblements, vertiges, troubles de la vue…), appeler immédiatement le 15.
Le ministère de la Santé recommande de « noter les heures du dernier repas et de l'apparition des symptômes » mais aussi de « conserver les restes de la collecte pour permettre l'identification des champignons en cause ».

lu pour vous: très peu de champignons sont comestibles

Commenter cet article

MR 18/10/2013 18:05

Quand on lit l'article, on comprend plutot que très peu de champignons sont non cosmétibles.
"Et, à chaque consultation, nous écartons des champignons non comestibles. En fait, il y en a très peu. »
Erreur dans le titre?