le promoteur s'explique:

Le projet d’implantation d’un centre Leclerc est en cours. Pour la première fois, le porteur du projet s’explique.

Il se définit à la fois comme un « commerçant indépendant » car le mouvement E.Leclerc est une coopérative d'indépendants, et un tout proche voisin puisqu'il est originaire de Vendôme. David Huet porte le projet d'implantation d'un centre Leclerc à la sortie est de la ville de Château-Renault. A travers la société Renaultdis, Cécile et David Huet ont acheté en juillet 2013 tout le site d'Algoflash, en friche depuis la fermeture de l'usine. Cet espace de 6,7 ha, avec des bâtiments, a été vendu 900.000 €, les éventuels acheteurs ne se bousculant pas !

Investissement de 10 M € et création de 40 emplois

David Huet, qui a été élevé dans la fibre Leclerc puisque ses parents ont créé le Leclerc de Vendôme et celui de Chateaudun, a racheté celui de Vendôme en 2011. La cellule d'expansion régionale qui analyse les besoins et les sites potentiels au sein des Leclerc, avait déjà mis en avant le secteur de Château-Renault pour une éventuelle implantation. L'étude de marché fait ressortir un potentiel de 15 à 18 M € de chiffre d'affaires sur une zone de chalandise d'un rayon d'une vingtaine de kilomètres autour de Château-Renault, soit 30.000 habitants environ.
Après avoir acheté le site en 2013, la SAS Renaultdis a donc monté son projet. Il s'agit de tout démolir pour reconstruire une surface de 9.000 m2 comprenant le magasin de 2.900 m2 de vente, des réserves et des bureaux. Cette création ne se ferait que sur une partie du terrain, celle qui se trouve le plus près du carrefour. David Huet se dit d'ailleurs « prêt à céder 3 hectares à tout porteur de projet ».
Il confirme également que ce centre Leclerc n'aura pas de galerie marchande ni de commerces annexes. Il ajoute : « Il n'y a pas de station-service prévue dans l'immédiat. »
Le projet prévoit aussi le financement d'un rond-point créé à la place du carrefour. Une convention quadripartite avec les collectivités locales est à l'étude sur ce sujet.
L'ensemble de l'investissement prévu par Renaultdis s'élève à « une grosse dizaine de millions d'euros » précise David Huet qui ajoute que la construction suit un parti pris architectural esthétique, avec un volet paysager, des arbres, des espaces verts, une façade teinte bois.
Ce projet est aussi source d'emploi selon M. Huet qui explique qu'il va s'accompagner de « la création de quarante postes minimum ».
Aujourd'hui, le permis de construire est déposé. La Commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) a donné son accord en février (lire NR du 3 mars). Suite à cet accord, deux recours ont été exercés contre le projet auprès de la Commission nationale (CNAC). Le premier est porté par l'association des commerçants Cœur de ville et le second par le magasin Carrefour Market. La réponse de la CNAC devrait intervenir avant juillet. Quelle que soit cette réponse, il y aura sûrement recours devant le Conseil d'État qui se prononcera avant l'automne. Si les recours ne stoppent pas le projet, les travaux pourraient durer un an et demi pour une ouverture de l'hypermarché vers la mi 2018.

Ivan Roullet

lu pour vous: Projet centre Leclerc

Commenter cet article

BC 18/04/2016 13:40

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Communes/Château-Renault/n/Contenus/Articles/2016/04/18/Dossier-Leclerc-Carrefour-Market-attaque-2689055