Publié par vivre ensemble à Neuville

L’usine de biscottes Pasquier, connue sous le nom de Bougard, a fermé ses portes à Amboise. Toute la production a lieu désormais dans le Maine-et-Loire.Deux heures du matin, dans la nuit de jeudi à vendredi. La chaîne de production vient de s'arrêter définitivement. Les dernières biscottes produites à Amboise vont être emballées sous la marque Pasquier. Mais au fronton de l'usine de l'avenue Emile-Gounin, c'est toujours l'enseigne Biscottes Bougard qui trône, avec un seul B pour les deux mots. Une institution que cette « fabrique » de biscottes créée dans les années 20 par un boulanger, Roger Bougard.Cette fermeture annoncée depuis plusieurs années est la conséquence d'un regroupement des différents sites de production de biscottes sur la seule usine de Brissac-Quincé, dans le Maine-et-Loire. Dix-huit personnes sans solution d'avenirConséquence aussi d'un outil de travail jugé obsolète par la direction. Une direction qui avait depuis longtemps informé le personnel que la date de fermeture serait communiquée un an avant qu'elle n'intervienne. Il n'y a donc pas eu de surprise parmi les cinquante salariés, même si les sourires étaient rares et un peu figés, hier au sein de l'entreprise. Aujourd'hui, quelques employés qui ont passé une quarantaine d'années chez Bougard peuvent prétendre à une retraite, mais beaucoup d'autres sont jeunes et certains s'inquiètent pour leur avenir.La direction avait proposé des reclassements au sein du groupe Pasquier. Sept personnes ont accepté de rejoindre l'usine de Brissac-Quincé, dans le Maine-et-Loire, et une autre celle de Pâtisserie Pasquier Étoile, dans la Drôme. Douze salariés ont effectué des périodes d'essai dans sept entreprises du secteur d'Amboise, avec à l'heure actuelle pour six d'entre eux des promesses d'embauche en contrat à durée indéterminée. Une personne s'est reconvertie comme installateur thermique et devrait créer son entreprise.Si les démarches de reclassement (une cinquantaine d'entreprises ont été contactées) se poursuivent, il n'en demeure pas moins que pour l'instant dix-huit personnes n'ont pas de solution d'emploi dans l'immédiat. C'est bien là qu'est le problème, au-delà de l'aspect nostalgie de la disparition d'une marque emblématique à Amboise.Et il n'est pas certain que le sac contenant brioches et pains au lait, remis à chaque salarié, suffise à leur remonter le moral.à savoirBougard n'était plus qu'un nom. La production amboisienne se faisaitsous le nom de Pasquier. Beaucoup de gens, pourtant, pas forcément d'un âge canonique, se rappellent des paquets de biscottes Bougard à l'effigie du château d'Amboise. Par la volonté des Bougard, on ne trouvait leurs produits que sur les rayonnages des boulangeries, et nulle part ailleurs. Les objets publicitaires à l'effigie de la marque sont aujourd'hui très recherchés.

 

Pascal Laurent

Commenter cet article